Rechercher

Présentation du cabinet

NATHALIE MOYNE- Sophrologue à Antibes

Une intuition…

Depuis toujours, poussée par un grand optimisme, passionnée par l’Etre humain, le partage et la qualité des liens, un désir profond d’honorer le vivant m’anime.

Pourtant, tant dans ma vie privée que professionnelle, certaines réalités semblent empêcher ce mouvement ou viennent le contrarier. Dans le même temps des mots résonnent en moi : « Connais toi toi même » Aristote, ou « Deviens qui tu es » Nietzsche. Ils vont peu à peu prendre du sens….

L’importance de la recherche d’un équilibre entre le monde des idées, des réflexions et la perception du corps, la quête d’une harmonie corps-esprit devient mon fil d’Ariane…

Ancienne étudiante de l’Ecole Normale Supérieure, professeure agrégée, je suis nommée au cours de mon parcours professionnel sur différents postes en classes préparatoires aux grandes écoles et je recherche et envisage différentes manières afin de rendre les étudiants plus acteurs de leurs formations que consommateurs.

Décrypter autrement le « comment apprendre», ouvrir des possibles permettant d’investir et s’approprier différemment les contenus, favoriser la mise en ouverture propice à l’apprentissage grâce à une approche équilibrée ne dissociant pas corps et l’esprit, et participant au développement de la confiance et de l’engagement vers des choix constructifs…

Je crée d’abord des ateliers d’accompagnement pédagogique qui intègrent une dimension artistique et introduisent l’expression corporelle ancrée sur une meilleure connaissance de soi comme gage d’efficacité et catalyseurs de potentiels ; pour réussir, atteindre ses objectifs et concrétiser un projet, il s’agit de libérer ses résistances, dépasser ses difficultés, révéler ses talents, créer une dynamique d’apprentissage et de construction dont il convient de soutenir, d’accompagner le déploiement.

Ce travail n’a pas un objectif de capitalisation de connaissances supplémentaires mais propose un contexte sensoriel offrant une disponibilité cognitive propice à l’apprentissage.

Ce travail favorise un réveil et une conscience du corps, une mise en disponibilité des sens ouvrant un champ d’exploration : se préparer, se mettre en état pour faire quelque chose, être connecté à soi, ressentir l’état de concentration favorisant le repérage des capacités de mémorisation … Le fait de se mouvoir dans l’espace, se mettre en mouvement dans un lieu différent d’une salle de cours invite à oser, s’engager autrement, se laisser emporter par des comportements différents, observer les substituts utilisés pour déjouer ses appréhensions ou craintes, apprécier certains exercices et être dérangé par d’autres, se laisser surprendre par soi ou l’autre.

Si l’intérêt de ces pistes jusqu’alors explorées se manifeste au travers des témoignages des étudiants….

« J’ai été marquée par un exercice qui m’a permis de mesurer au combien j’agis souvent dans la vitesse, voire la précipitation et si on me l’a régulièrement répété, cette prise de conscience par moi même, à travers ce que je ressens dans mon corps, me permet de mieux y réfléchir… »

« Etre le maillon d’une chaîne ne se décrète pas, j’ai été surpris de remarquer l’impact du groupe, et comment sa dynamique s’ancre davantage quand elle s’appuie sur la rencontre et le respect des individualités le composant, au-delà des jugements et représentations mentales »

Je décèle aussi des insuffisances ; c’est alors l’ensemble de mes valeurs engagements et transmissions qui prennent un sens nouveau, une éthique qui dévoilent une autre façon de m’envisager dans un avenir professionnel.

C’est ma rencontre avec la sophrologie caycédienne…

Vers la sophrologie caycédienne

Racines grecques
Sos : harmonie, équilibre
Phren : conscience
Logos : étude, recherche, science

Cette dynamique m’amène à découvrir la sophrologie caycédienne développée par le professeur Caycédo dont l’approche scientifique vise à améliorer la qualité de vie des personnes dans le domaine éducatif mais aussi sportif, médical, social et préventif : gestion du stress ou amélioration des performances dans les démarches d’apprentissage, d’exploration des ressources et capacités ou de la créativité.

Mon cheminement en sophrologie tant à travers l’intégration progressive de sa sémantique, la connaissance de ses fondements phénoménologiques ainsi que les entraînements réguliers installent un mouvement de fond qui vient soutenir et permettre le déploiement d’une forme issue de ce processus, sa projection dans mon existence. Elle est une invitation à créer.

Guidée par une intuition d’abord perçue comme la recherche d’un complément « d’outils  » au service de mes pratiques pédagogiques, le dévoilement progressif des possibles renforce cet élan mais dépasse largement le « cadre » initialement identifié.

Ma connaissance de la sophrologie participe ainsi à la construction d’un renouveau professionnel dont la réalité émerge jour après jour.

C’est dans ma ville d’adoption, à Antibes que je décide d’ouvrir mon cabinet de sophrologie ; c’est aussi là que je choisis des lieux adaptés aux pratiques en groupes, centre sportif, théâtre ou encore en contact direct avec la nature, au cœur de forêt par exemple…

La sophrologie est aussi pour moi le terreau fertile d’une paix intérieure en perpétuel grandissement.

La sophrologie En pratique

La sophrologie caycédienne se caractérise par sa méthodologie originale telle que créée en milieu hospitalier, puis développée depuis 1960 par son fondateur, le Dr Alphonso Caycedo, médecin psychiatre.

Un entraînement du corps et de l’esprit pour développer sérénité et mieux être

La sophrologie caycédienne est une discipline qui aide chacun à développer une conscience sereine au moyen d’un entraînement basé sur les techniques de relaxation et activation du corps et de l’esprit.

Son objectif est d’aider à renforcer les attitudes et valeurs positives au quotidien, dans le champ professionnel comme personnel, ainsi que de développer les capacités de gestion active du stress et des émotions négatives.